La priode mekkoise de la Sirah

      

La priode mekkoise de la Sirah

   amdouaa 25, 2008 8:29 pm

Premire Partie

La priode mekkoise de la Sirah :
Chapitre I
L'enfance du Prophte (PSL) et les signes annonciateurs de la prophtie

1. Procs de lenfance du Prophte (PSL) :

L'auteur de l'article en question avance que la date de naissance du Prophte (PSL) est inconnue. Il rejette l'ide selon laquelle il est n durant l'anne de l'Elphant, arguant qu'on ne possde aucune donne chronologique sur la priode mekkoise de sa vie. Il diminue, ainsi, la notabilit de ses origines et de l'autorit dont jouissait son pre, et prtend que l'appartenance de ses anctres aux gens de Mdine n'est pas clairement tablie, semant ainsi le doute sur son nom.

Il nie les phnomnes extraordinaires dont le Prophte (PSL) a fait l'exprience durant son enfance, et que l'opinion musulmane considre comme signes initiatiques de la prophtie, tels l'opration mene par l'ange Gabriel qui lui fendit la poitrine, les voyages en Syrie qu'il fit, dans son enfance, avec des caravanes commerciales, et en compagnie de son oncle Ab Tlib. Il nie encore la participation de l'enfant la reconstruction de la Ka'ba, emporte par une crue, comme il refuse d'admettre la ralit d'autres vnements importants de la vie du Prophte Makkah. Il semble, ainsi, que l'auteur de ces articles d'encyclopdie ait volontairement rendu obscur tout ce qui touche l'enfance du Prophte (PSL), tous les aspects des premires tapes de sa vie Makkah.

Pour cela, il a ignor les faits tablis et rejet les informations transmises par succession. Il n'a accord aucun crdit aux rcits rapports par les diffrentes recensions des hadiths reconnus authentiques, sabstenant de se rfrer aux crits sur la Sirah et aux chroniques historiques. Ainsi, il semble tre parti d'un prjug dont il voulait confirmer l'objet, d'un objectif prfix qu'il tendait de raliser par des moyens indignes d'un vritable chercheur.

Dans les lignes qui suivent, nous prsentons nos rfutations de ses allgations propos de cette tape de la vie du Prophte (PSL).

2. Date de naissance du Prophte (PSL):

L'examen attentif des hadiths permet de conclure sans hsitation que le Prophte est n pendant ce qu'il a t convenu d'appeler l'Anne de l'Élphant, au lendemain du clbre vnement du mme nom. Dans ses maghzi reconnus exacts, Ibn Ishaq crit que le Prophte (PSL) est n au cours de la 12e nuit du mois de Rabi' I de l'Anne de l'Élphant. Cette date fut confirme par d'minents auteurs et chercheurs qui se sont attels dterminer le mois et le jour de naissance du Prophte (PSL).

Il a ainsi t prouv que le jour de naissance du Prophte (PSL) est un lundi, comme l'ont dmontr l'imm Muslim dans son Çahih (Authentique)9, Ab Dwud, dans ses Sunan (Traditions)10 et l'imm Ahmed bin Hanbal dans son Musnad (le Document de base).11

Ibn 'Abbs, qu'Allah le bnisse, rapporte dans une communication que le Prophte (PSL) est n le lundi 12 du mois de Rabi'I de l'Anne de l'Élphant, fit son Ascension un lundi, son Exode Mdine un lundi et mourut un lundi. Ce sont l des informations admises et reconnues exactes par l'ensemble des Musulmans12. Comme l'a fait valoir Khalifa bin Khiyyat dans ses annales, ces divers rcits sont fonds sur des faits consigns.

La majorit des ulama de l'poque ont crit que le Prophte (PSL) est n l'Anne de l'Élphant, et des chercheurs musulmans et orientalistes modernes ont soutenu cette opinion, aprs avoir conclu que l'Anne de l'Élphant se situe entre 570 et 571.

Face tous ces rcits concordants qui forment consensus, les crits de l'auteur de l'article de l'Encyclopdie de l'Islam sur la vie du Prophte (PSL) ne peuvent faire le poids, des crits selon lesquels le Prophte (PSL) ne serait pas n l'Anne de l'Élphant, et que l'Évnement de l'Élphant n'aurait pas eu lieu en 570, mais qu il doit avoir eu lieu avant cette date.

Il faut galement remarquer que l'auteur de cet article rejette des faits et met des jugements, sans mme prendre la peine de les tayer par des preuves. Cette attitude est sans rapport aucun avec la vritable mthode scientifique que respecte l'esprit sain et indpendant. Elle est indigne de l'esprit objectif que revendiquent les intellectuels occidentaux, parmi lesquels lauteur en question qui prtend que nous ne disposons d'aucune donne chronologique sur la priode mekkoise de la vie du Prophte (PSL) et ce, sans la moindre raison. Il semble que cet auteur ait pris le Coran comme principale rfrence pour sa recherche, ignorant totalement les hadiths et les ouvrages s'y rapportant, tout en adoptant une attitude sceptique vis--vis des ouvrages sur la Sirah. Voil pourquoi sa pense a driv vers une thse si bancale : il n'a pu trouver dans le seul Coran un rapport dtaill de tous les vnements qui ont marqu l'enfance et l'adolescence du Prophte (PSL).

Ce qui nous confirme dans notre opinion que l'auteur a fait mauvais usage des ouvrages sur la Sirah et s'est appuy sur le Coran de faon excessive est le fait que, quand il se rfre la sourate Al-Doha (le Dbut de la matine), le seul indice qu'il y trouve sur la naissance du Prophte (PSL) est qu'il tait un pauvre orphelin. Une fois de plus, l'auteur prouve ainsi l'extrme minceur de ses connaissances sur les tout dbuts de la vie du Prophte (PSL) ; mais il se permet d'affirmer, de surcrot, que : Tout ce qui a t rapport sur la naissance du Prophte (PSL) n'a que peu de valeur pour la connaissance de sa personnalit historique.

Cette attitude de l'auteur est une manuvre destine tromper ses lecteurs, car comme nous l'avons dit plus haut, tous les crits sur la Sirah n'ont pas la mme authenticit et exactitude historique. De mme, et contrairement ce que cet auteur a avanc, la mdiocrit n'est pas l'apanage de toutes ces sources, car si certaines proposent des relations peu fiables, l'objectivit et la rigueur scientifique ne nous permettent pas de faire de ce jugement une gnralit s'appliquant toutes les sources sur la Sirah. En effet, d'autres sont qualifies d'excellentes et ont acquis une bonne rputation auprs des lecteurs et chercheurs arabo-musulmans. On y trouve des renseignements dtaills sur la vie du Prophte (PSL) Makkah, de son enfance son missionnement, et de son missionnement sa hijra Mdine. On y trouve galement dvelopps sa gnalogie, des informations sur sa noble parentle, ainsi que les faits qui eurent lieu dans sa famille pendant que sa mre tait encore enceinte, la mort de son pre, les faits qui concidrent avec sa naissance jusqu' la mort de sa mre ; la faon dont il a grandi en tant orphelin, sa prise en charge par son grand-pre paternel 'Abd al-Muttalib, puis aprs la mort de celui-ci, par son oncle Ab Tlib. On y lit aussi que l'enfant devint berger au service de son oncle et de quelques Qorayshites. On y parle en outre, de son voyage en Syrie, o son oncle l'emmena avec une caravane commerciale, et de sa participation ce qu'on appelle hilf el fudl.13

Parmi d'autres dtails sur sa jeunesse, on y apprend qu'une riche veuve, Khadija bint Khuwaylid, l'engagea pour diriger ses affaires, et l'pousa quelque temps plus tard. Egalement documente est l'heureuse vie conjugale et familiale qu'il eut avec elle, leurs deux fils et leurs deux filles. Sa participation la reconstruction de la Ka'ba y est relate, ainsi que l'appel que lui lancrent les Qorayshites pour qu'il remette la pierre noire sa place aprs la reconstruction de la Ka'ba. Ces sources parlent toutes de la bonne rputation que lui ont valu ses qualits de sagesse et de probit auprs des habitants de Makkah, qui lui confrrent le qualificatif de amin (honnte). Les uvres sur la Sirah enseignent que le jeune Muhammad (PSL) participait rarement aux jeux de ses camarades, qu'il ne partageait pas leurs convictions religieuses, mais consacrait son temps libre la mditation dans la grotte de Hira' o il se retirait, loin des proccupations de la vie quotidienne.
avatar
amdouaa



: 46
:
: 12/03/2008

    

: La priode mekkoise de la Sirah

   amdouaa 25, 2008 8:33 pm

Ainsi donc, nous pouvons rpliquer l'auteur que la prtendue raret des donnes historiques chronologiques concernant les premires tapes de la vie du Prophte (PSL) Makkah, n'est qu'une allgation dnue de tout fondement.

3. Rabaissement de la notabilit de la gnalogie du Prophte (PSL) :

Sur ce point aussi l'auteur a ignor ce que rapportent les sources exactes qui traitent de la Sirah. Il s'est content de quelques allusions, sans importance, puises dans quelques vers de la posie antislamique ou contemporaine au Prophte (PSL). Ensuite, il cita comme argument sa thse ce verset : et Ils ajoutrent : Pourquoi ce Coran ne fut-il pas rvl quelque personnage important de lune ou lautre des deux villes ? 13/Al-Zukhruf (lOrnement).

L'auteur va jusqu' juger que la famille des Ban Hshim ne pourrait se mesurer avec d'autres familles plus considrables comme les Makhzum ou les Banu Ummayya. ce qui est racont de la situation misrable de Muhammad () indique les Banu Hashim devaient alors stre considrablement appauvris. Nous ne savons rien de certains de ses anctres car la plus grande partie de ce qui nous est racont ce sujet rlve de la lgende. Son pre () est une figure tout fait incolore, et son nom de Abd Allah est peut-tre la transformation postrieure dun nom paen. Son grand-pre est appel Shayba ou Abd al-Muttalib, mais la relation entre ces deux noms est aussi obscure que leur rapport avec les Banu Shayba et avec la famille frquemment mentionne des Muttalib (E.I, VII/365).

Regardant du ct de la mre du Prophte (PSL), il crit : Du ct de sa mre, il avait des rapports de parent avec Mdine (Yathrib) qui ne sont pas clairs pour nous. (Ibid)

La premire observation qui s'impose est que l'auteur utilise un langage ambigu dans lequel le doute est prpondrant, et affirme que le lignage du Prophte (PSL) est une zone d'ombre. Non moins trange est le fait qu'il se soit limit, dans l'ascendance du Prophte (PSL), aux seuls Ban Hashem, et en se rfrant des vers la crdibilit non valide. Il a agi comme si ces vers taient la seule source considrer dans l'tude d'une question aussi dlicate. Telle est la preuve supplmentaire de son dlaissement des sources dignes de foi comme les recueils de hadiths, les crits de la Sirah et les traits d'histoire.

Quant au verset coranique rappel par l'auteur (V 13/al-Zukhruf), il est seulement une information concernant les dngateurs de Makkah qui, aprs avoir rejet lapostolat de Muhammad (PSL), recoururent comme d'habitude des arguments purils selon lesquels le Prophte (PSL) n'tait pas un puissant des deux cits (Makkah et / ou T'if) alors que, pour qu'ils y croient, ils postulaient que lapostolat et le Message divin devaient tre rvls l'un des notables des deux cits. Telle est l'explication, brivement rsume, de la signification de ce verset qui ne concerne nullement les origines du Prophte, contrairement ce que prtend l'auteur, mais fait plutt allusion au rang social et au commandement tribal qui, l'poque de la jhiliyya, taient attribus en fonction de la richesse et l'autorit dans les milieux tribaux.

Cet enttement vouloir minimiser la notabilit du lignage du Prophte (PSL) est contraire la vrit, car les Banu Hshem taient une des familles qorayshites les plus nobles et les plus respectables. Cette vrit fut publiquement rappele par Abu Tlib au cours de la crmonie de mariage du Prophte (PSL) avec Khadija devant les notables de Qoraysh runis pour la circonstance. A cette occasion, Ab Tlib, prsentant son neveu Muhammad (PSL), leur dit : Nul homme parmi les Qorayshites ne pse autant que lui en honneur, en noblesse et en vertu. S'il n'a pas de fortune, sachez que la fortune dcline comme l'ombre, car elle n'est qu'un bien phmre, un leurre auquel on s'attache. Quant Muhammad, vous en connaissez la parentle14

Ab Sufyn, alors ennemi du Prophte (PSL), lui-mme admettait cette vrit, puisqu'il rpondit dans ce sens l'empereur de Byzance qu'il avait rencontr et qui lui demanda :

Quelle est son ascendance parmi vous ? Il est de souche noble rpondit Abu Sufyn. Et l'empereur d'ajouter : les Prophtes sont lus parmi les nobles de leurs peuples.

Le Çahih de Bukhari15 comporte une relation dtaille concernant les origines du Prophte (PSL), remontant jusqu' Ma'd bin 'Adnn. Les gnalogistes sont d'accord sur cette partie de son lignage, et sont mme prts la faire remonter jusqu' Ismal, fils d'Abraham, mme s'ils divergent sur les anctres de Ma'd bin Adnn qui mnent Ismal.

Muslim rapporte dans son Çahih16 un hadith du Prophte (PSL) dans lequel ce dernier a dit : Allah a lu la grande tribu Kinna parmi les descendants d'Ismal, de cette tribu Il a lu les Qoraysh ; de ces derniers Il a lu les Ban Hshim desquels Il m'a lu.

En vertu de quelle rgle scientifique notre auteur s'est-il donc permis d'carter ces sources authentiques et ces preuves irrfutables de la noblesse de la gnalogie du Prophte (PSL), pour formuler des jugements injustifis ?

Quant son assertion selon laquelle Muhammad (PSL) apparaissait d'abord comme un personnage quelque peu vague, dont les dbuts de la vie taient peu connus, elle n'altre en aucune faon ni la noblesse du Prophte (PSL) ni son apostolat.

Il semble que notre auteur s'imagine que lapostolat est une sorte de commandement politique, et que le Prophte (PSL) devait appartenir une famille de dirigeants politiques ou de personnalits influentes. Il convient en outre de ne pas oublier que le pre du Prophte (PSL) mourut l'ge de vingt-cinq ans, donc en pleine jeunesse. Or, s'il tait rest en vie, il aurait peut-tre hrit le rang social de son pre 'Abd al-Muttalib, et aurait pris la direction de la famille des Ban Hshem, et de la sorte, il aurait t un chef qorayshite des plus rputs.

En doutant que le pre du Prophte (PSL) s'appelait 'Abd Allah et en concluant que ce nom ne lui fut donn qu'aprs l'Islam, l'auteur se rend coupable d'un autre cart injustifi, car tous les biographes du Prophte (PSL), tous les corpus des hadiths et tous les traits d'histoire sont d'accord sur ce sujet. En effet, aucun historien, ni gnalogiste, n'a fait la moindre allusion qui contredise ces sources ou suscite le moindre doute sur le nom du pre du Prophte (PSL).

La confusion qui semble l'auteur exister entre les deux noms que portait le grand-pre du Prophte, savoir Shayba et 'Abd al-Muttalib, est srement due l'insuffisance de sa documentation, car la question est en fait trs simple, et la rponse trs claire : l'homme s'appelait Shayba sa naissance, puis on lui donna une kunya, un surnom : 'Abd al-Muttalib. Plus couramment utilise, la kunya finit par l'emporter sur le nom. Tous les historiens et autres qui ont crit sur la Sirah savent ce fait qui ne souffre aucune ambigut.

Quant l'allgation de l'auteur selon laquelle les liens de parent que le Prophte (PSL) avait, du ct maternel, avec les gens de Mdine (Yathrib), ne sont pas clairs pour nous, elle aussi est due l'insuffisance de sa documentation, ou son ignorance des faits rapports dans les ouvrages sur la Sirah et l'histoire. Notre auteur n'aura compris que partiellement l'information contenue dans les crits sur la Sirah, laquelle information nous instruit sur le fait que les oncles maternels du Prophte (PSL) appartenaient aux Ban al-Najjr qui taient un clan tribal tabli Yathrib (Mdine). Ainsi, il croyait que la mre du Prophte (PSL) avait une relation familiale directe avec Al Madinah, ce qui est faux. La mre du Prophte (PSL) s'appelait Amina Bintu Wahb, appartenant aux Ban Zahra, une faction qorayshite. Amina et son poux, Abd Allah, avaient un anctre commun, Kalb. Elle tait donc une qorayshite pure.

Les liens du Prophte (PSL) avec Mdine proviennent de la mre de son grand-pre Abd al-Muttalib qui s'appelait Salm Bintu Amr, des Ban al-Najjr, pouse de Hshem binAbd-Manf, pre de Abd al-Muttalib. Hshem tait un riche commerant qui voyageait beaucoup entre Makkah et la Syrie. Au cours d'un de ses voyages, il s'arrta Mdine o, ayant vu Salma, il la demanda en mariage. Elle lui donna un premier fils qu'elle appela Shayba, lequel sera plus tard surnomm Abd al-Muttalib.

A SUIVRE ..
avatar
amdouaa



: 46
:
: 12/03/2008

    

      


 
: